Le ministre et la raquette

Le 22 mars dernier, Jean-Michel Blanquer et François de Rugy réunissaient des lycéen.ne.s de toute la France pour recueillir leurs propositions sur les crises écologiques et climatiques. EPLP était sur place (nous en avions même profité pour remettre une lettre à nos 5 ministres). Nous avions pu constater le niveau d’improvisation du gouvernement sur ces questions. Face à des élèves sans doute plus incisifs que prévu, nos ministres ont peiné à apporter des réponses satisfaisantes, lorsqu’ils n’ont pas tout simplement ignoré les questions. En effet, lorsque les éco-délégué.e.s du lycée de Bagnolet ont interpellé F. de Rugy sur la contradiction qu’il y avait à soutenir des grands travaux de déforestation à l’heure du réchauffement climatique (en prenant l’exemple de la forêt de Romainville toute proche de leur lycée), le ministre n’a tout simplement pas retenu la question. Et le gouvernement a botté en touche à bien d’autres moments : interrogé sur les projets autoroutiers, la publicité, sur le transports aériens, le glyphosate, les accords de Paris, les réponses ont été évasives et émaillées d‘éléments de langage, quand elles ne relevaient pas tout simplement du tour de passe-passe argumentaire (c’est ainsi que Brune Poirson a expliqué qu’on ne pouvait pas interdire le plastique car on allait menacer les emplois dans le secteur… du plastique) M. Blanquer a finalement été peu interpellé, mais quand des élèves ont dit n’avoir « jamais été sensibilisés » aux crises écologiques et que dans ce domaine beaucoup restait à faire, en termes d’information, de sensibilisation et d’actions concrètes, ce dernier avait reconnu, dans une formulation qui en disait long sur son degré de préoccupation, des « trous dans la raquette ».

Ce vendredi 5 avril, nouvelle grande réunion. Seul.e.s les lycéen.ne.s sont invité.e.s à rencontrer M. Blanquer : à charge pour eux/elles de parler pour leurs camarades de tous les niveaux et de représenter tout le reste de la communauté éducative, qui n’a pas été conviée à l’exercice (ni enseignant.e.s, ni parents d’élèves, ni personnel administratif n’ont été spécifiquement consultés). Le ministre semble donc penser que deux semaines ont suffi pour que des élèves « jamais sensibilisés“ à ces questions en deviennent des experts. Peut-être le ministre aurait-il pu convoquer  les éco-délégué.e.s de France,  puisque le statut est officiel et réunit des centaines de jeunes vraiment impliqués et formés sur ces questions. A lire les propositions qui ont été faites, on comprend que ce n’est pas encore le cas des élus des CVL : ces lycéen.ne.s semblent conscient.e.s de la gravité de la situation, mais sont désarmé.e.s pour penser des réponses efficaces. A l’exception d’une réflexion sur la viande qui paraît mûrie, ils/elles proposent ainsi des écogestes plutôt qu’un changement de mode de consommation, pointent des comportements individuels plutôt que la nature systémique du problème. Ainsi, ils/elles proposent des cleanwalk et oublient à la fois que c’est le rôle d’un service public compétent et non de jeunes en formation que de dépolluer un territoire, et que les industriels devraient avoir la gestion des déchets qu’ils ont eux-mêmes généré. Et Jean-Michel Blanquer d’applaudir à des propositions qui remettent si peu en cause le système économique global, pourtant si coûteux à notre planète.

En réalité, sur le front des urgences écologiques, le ministère est très loin de reconnaître les enjeux et de mettre les moyens adéquats pour y répondre. Nous continuerons donc chez EPLP à réclamer et dispenser une communication honnête et franche sur ce sujet et à commencer à construire, avec tou.te.s les collègues qui le souhaitent, quels que soient leurs niveaux ou leurs disciplines, des réponses à ces défis gigantesques.

En d’autres termes M. Blanquer, nous vous invitons à réparer votre raquette en urgence. Car le match est en cours, et nous ne pouvons pas le perdre.

Appel à contributions!

Appel à contribution pour les Enseignant.e.s pour la planète

Bonjour à tous et bienvenue à ceux qui nous rejoignent ! Nous créons actuellement ce site internet (https://enseignantspourlaplanete.com/) dans le but de rassembler diverses informations qui pourraient être utiles pour tout enseignant.e souhaitant agir pour la planète à travers son métier.

Si vous souhaitez participer, nous serons très heureux/-euses de recevoir les contributions suivantes sur notre adresse mail enseignantspourlaplanete@riseup.net

  • références de ressources, sites, vidéos… à la fois pour sensibiliser les élèves, les collègues et se tenir au courant des actualités scientifiques
  • témoignages : nous souhaiterions en savoir plus sur les sujets suivants : A quel point êtes-vous inquiet au sujet de l’environnement ? – Quelles difficultés éprouvez-vous en tant qu’enseignant.e pour vous informer, informer vos élèves et mettre en place des actions dans votre établissement ? – Quel est le niveau de sensibilité et de connaissances de vos élèves sur les questions environnementales ? Les sentez-vous inquiets ? – Quel est votre avis sur le contenu des programmes et le fonctionnement de l’école face aux enjeux environnementaux ? – ….
  • initiatives menées en classe ou dans votre établissement avec les élèves : pour celà, merci de remplir l’une de ces fiches (disponibles sur ce lien : https://pydio.dedikam.com/public/846086 )

Fiche agir dans sa classe : décrire des séquences pédagogiques pour aborder les problèmes environnementaux avec ses élèves, tous niveaux et toutes matières confondues

Fiche agir dans son établissement : des fiches décrivant la mise en place d’actions au sein de l’établissement en collaboration ou non avec les parents, les collègues, les collectivités territoriales

Fiche agir spéciale 15 mars : des fiches décrivant ce que vous souhaitez mettre en place soit pour sensibiliser à la journée du 15 mars, soit pour agir dans votre établissement


Avant leur mise en ligne ces contributions seront relues par les membres du collectif, éventuellement modifiées et regroupées afin que les informations ne soient pas redondantes avec celles déjà existantes et restent en adéquation avec nos objectifs.
Merci à tou.te.s !

DIFFUSONS L’APPEL !

Nous sommes déjà plus de 4000 signataires!

Vous trouverez ci-dessous des reproductions de l’appel et des affiches pour la grève du 15 mars, n’hésitez pas à les diffuser autour de vous, et notamment à les afficher dans vos salles des profs!

Les organisations syndicales suivantes nous soutiennent et déposeront un préavis de grève : Sud Education,
SNESUP-FSU / SNCS-FSU / SNASUB-FSU . Celles et ceux qui souhaitent être grévistes seront donc couvert.e.s.

Pourquoi ce collectif ?

L’urgence écologique n’est plus à démontrer. Elle est à enseigner, et elle doit nous mobiliser à chaque instant, dans nos salles de classe, salles des profs mais aussi dans la rue et dans nos luttes! C’est le sens de la création de ce collectif Enseignant.e.s pour la planète!

Bientôt sur ce site des outils pour la mobilisation et pour l’enseignement.