Projet Eco-Sportif interdisciplinaire, inter-niveaux, inter-établissements

 Par Le collectif des profs Eco-sportifs

UNE BOUTEILLE A LA MER

Fort de sa dynamique impulsée lors de La course contre la montre pour la COP25, le collectif des profs éco-sportifs, lance un nouveau défi, inspiré de cette première expérience. Comme la COP26 va l’an prochain se dérouler au Royaume-Uni, sur le modèle de la course contre la montre, nous allons demander à nos élèves, de « mouiller la chemise pour la planète ».

Mais cette fois-ci, il s’agira pour nos élèves de traverser La Manche à la nage… et de remplir la bouteille à la mer d’un message.

Chaque classe participant au projet « Une bouteille à la mer », devra cumuler à elle seule, répartis entre ses élèves, un total de minimum 34 km (la distance séparant les côtes françaises et britanniques). L’objectif est qu’au moins 100 classes issues d’établissements différents, du primaire au secondaire, d’une grande variété géographique participent et réussissent ce défi. Chaque établissement peut faire participer autant de classes qu’il le désire.

COMMENT S’ORGANISER ?

Les enseignants d’EPS s’organisent comme ils le souhaitent pour comptabiliser et faire nager les 34km.

Les cycles de natation ayant déjà débutés dans certains établissements, nous vous invitons à ouvrir immédiatement votre compteur kilométrique !!

Toutefois on peut anticiper que ce sera « un casse tête » pour référencer la distance des élèves nageant (ceci étant moins facile que lors d’un cross). Quelques pistes pédagogiques à exploiter :

  • Consacrer seulement une ou deux séances à ce projet ;
  • ou bien totaliser la distance de ses élèves sur chaque séance 
  • ou bien consacrer un temps particulier à la séance (les 10 dernières minutes par exemple), en annonçant des contrats de distances clefs en main aux élèves (G1 = 400m ; G2= 200m, G3 = 100m etc). Cela facilite le décompte…
  • ou bien s’équiper d’un compteur manuel, et cliquer à chaque fois qu’un élève passe devant vous.

QUOI METTRE DANS LA BOUTEILLE ?

Chaque classe participant au projet, devra choisir et incarner un être vivant ou un écosystème en détresse, puis créer un document « comme si c’était cet être vivant » qui adressait un message de détresse à l’espèce humaine. L’enseignant s’occupant de ce projet décidera comment incarner ce message : lettre, poème, court-métrage, discours écrit ou enregistré,  chanson, sculpture, dessin-peinture, danse etc…

Mais un message de détresse est souvent compact et assez court.