Le collectif EPLP s’est engagé dès le début du confinement à proposer des ressources pour faire de cette période si particulière une occasion de réflexion critique, et non pas simplement de « continuité pédagogique » comme si rien ne se passait. Pour cela, le collectif vous propose 2 questionnaires, « Retour(S) de confinement » et « Inventaire du monde d’hier pour le monde d’après ». Notre suggestion est de proposer les deux, l’un après l’autre, aux élèves.

  • Questionnaire 1 « Retour(s) de confinement »

Document à destination des enseignant·e·s

Émotions – bienveillance – écoute bienveillante – écoute active – non-jugement – accueil –ressentis – expression – acceptation – partage – éducation sociale – éducation émotionnelle – réflexion

Présentation

Objectif de l’activité : permettre aux élèves de réfléchir et d’intégrer leur expérience personnelle du confinement par le biais d’un exercice d’auto-description, prolongé par des partages en binômes.

Enjeu éducatif : activité qui répond aux enjeux d’une éducation émotionnelle et sociale

Enjeu social : élaboration d’une conscience collective nourrie par le partage des expériences et du vécu personnels, intégrant la dimension affective de l’expérience sociale. Comment faire du commun à partir des vécus – dans toute leur diversité – d’une situation identique au potentiel de désunion autant que d’union (état d’urgence sanitaire avec confinement).

« Des individus sont pressurés psychologiquement, économiquement ; des impuissances, des colères enflent, se renforcent. Avec le déconfinement viendra le moment de la décompression, voire de l’explosion de ces rages accumulées. » Tristan Garcia, entretien dans les Carnets d’une drôle de guerre de Philosophie Magazine

De plus, dispositif qui peut jouer son rôle comme outil de repérage de situations délicates, et /ou d’outil de résilience, pour des élèves exposé·es à une crise sanitaire potentiellement impactante ou traumatisante au niveau de ses implications personnelles, familiales, économiques, socio-politiques voire civilisationnelles (cf hantise de la « fin du monde », perspectives d’effondrement). Crise qui met au grand jour la condition d’incertitude et de précarité-vulnérabilité généralisée caractéristique de l’anthropocène.

Il y a toujours la possibilité de demander aux élèves, si l’activité les inquiète, ce dont ils ou elles ont besoin pour que l’exercice se déroule bien pour elles/eux. Activité qui est l’occasion d’expérimenter la posture d’écoute active et bienveillante, le non-jugement.

Un fond sonore musical peut aider à créer un espace-temps différent dans la salle de classe.

Difficultés et points de vigilance :

  • résistances ou pudeur face à la mise en jeu du vécu personnel et familial ;
  • « mon vécu ne regarde que moi » ;
  • sujet potentiellement très sensible pour élèves directement touché·es par la maladie ;
  • ou bien par les nouvelles souffrances psychiques relevant de l’éco-anxiété ou se rapportant aux risques d’effondrement systémique ;
  • clivage personne / élève ;
  • problématiques sociales et identitaire….

Nos recommandations : indiquer que « chacun·e ne partage que ce qu’elle/il veut » + proposer la  possibilité d’une activité solo alternative (faire l’activité en solo ?)

De plus, l’école peut-elle et doit-elle être un espace totalement impersonnel (la blouse pour tous ? sans marqueurs d’identité socio-culturelle ? sans parler du monde tel que nous le vivons ? école à la troisième personne ou à la première personne ?). Inviter à réfléchir sur la manière de faire avec les différences à l’école : feindre hypocritement leur inexistence, les laisser jouer avec toutes leursimplications psychosociologiques insidieuses, ou bien « une école vivante » avec une éducation centrée sur l’élève comme personne (cf pédagogie Freinet) apprenant le « vivre ensemble ».

Introduction pour les élèves :  

Peut-on continuer à l’école de faire comme avant et comme si de rien n’était après un évènement de cette ampleur bouleversant le rythme de nos vies et la marche de nos sociétés ? Que nous est-il arrivé ? Que va-t-on en faire ? Commencer par en parler… se pencher ensemble sur ce cette expérience, etc.

Dispositif N°1

Pour une séquence réduite d’une heure de cours minimum, mais il est préférable de disposer de 2h.

Présentation 10’.

Eventuellement pour mettre en confiance, citer cet article de Philosophie Magazine collectant des paroles d’enfants sur le confinement pour montrer que des plus jeunes l’ont fait…si possibilité de vidéo-projeter, lire en groupe les témoignages d’enfants et jeunes ados.

  • Temps solo : préparer individuellement les questions ci-dessous (15’), en prenant quelques notes rapides. Ce travail peut aussi se faire à la maison.
  • Première possibilité : Brefs partages en binômes, sous forme de cercles tournant ; (choisir les questions au fur et à mesure Pour cela, disposer les élèves en deux cercles, un·e à l’intérieur l’autre à l’extérieur, de telle sorte que chaque élève d’un cercle soit face à un·e camarade de l’autre. Partages rapides (30’’ ou 1’ par élève) sur chacune des questions, avec changement d’interlocutrice·teur à chaque nouvelle question, le cercle extérieur se décalant d’un rang. Exercice d’écoute active ; pas de discussion. Temps d’échange variable selon les questions et appréciation de la/du professeur (25’).

Point de vigilance : mise en œuvre sans doute rendue complexe par les impératifs des « gestes barrières ».

  • Deuxième possibilité : L’enseignant·e propose la liste de questions, puis les élèves déposent leurs réponses (avec ou sans leur nom) dans un « chapeau » que l’enseignant·e fait passer. Ensuite (éventuellement paire de gants à prévoir) des élèves « dépouillent » et lisent les réponses à voix hautes. On constitue ensuite des panneaux par questions pour épingler les réponses collectées.
  • Pour les classes confinées : l’enseignant·e propose la liste des questions et prépare un document collaboratif (type Framapad), où chaque élève peut venir déposer ses contributions. Par défaut, la contribution sur Framapad est anonyme mais il est possible de s’identifier en cliquant sur cette icône :
  •  Proposer la possibilité d’une autre activité pour des élèves particulièrement mal à l’aise avec ce dispositif : rédaction d’une lettre sur le modèle des « Lettres d’une génération » https://lettresdunegeneration.com/  dont elles/ils feront ce qu’elles/ils veulent (partage avec le ou la prof ; envoi à l’asso ; conservation perso)

Questions du dispositif 1 : Comment avez-vous vécu le confinement ?

Questions dans lesquelles piocher… possibilité de tirage au sort après numérotation aléatoire par la/le prof des questions données aux élèves. Importance de commencer par des questions plus légères (cf fin de la liste) voire brises-glaces (plat préféré, sport préféré…)

  • avez-vous été touché·e par le coronavirus, vous ou des proches  ? (ne pas commencer par celle-ci)
  • dans quelles conditions extérieures (environnement immédiat). Favorables ? Défavorables ?
  • dans quel état (physique, psychologique, moral) sortez-vous de cette période de confinement ?
  • dans quelles dispositions revenez-vous en cours ?
  • comment vivez-vous les conséquences de cette interruption sur votre scolarité et/ou les conditions d’obtention du bac /brevet en contrôle continu cette année ?
  • comment avez-vous respecté les règles du confinement ? (gestes barrières ; distanciation sociale ; confinement)
  • ce confinement a-t-il changé, chez vous et/ou dans votre famille, votre rapport à l’alimentation ? De quelle manière ?  Changements durables ?
  • pensez-vous que cette expérience de confinement est en mesure de changer votre rapport à la consommation en général ? De quelle manière ?
  • quels sentiments la vision du port du masque  ou la  perspective de sa généralisation génère-t-elle en vous ? 
  • que cette expérience va-t-elle changer en vous ou que voudriez vous qu’elle change ?
  • la pandémie et le confinement ont-ils changé votre vision du monde ? si oui, quelle était l’ancienne ? quelle est la nouvelle ?
  • cette expérience a-telle changé votre vision de notre société ? ancienne vision  ? Nouvelle vision ?
  • votre vision de l’école, de ce quelle est, de ce qu’elle devrait être ?
  • dans quelle mesure cette expérience a-t-elle augmenté votre temps passé sur les écrans ?
  • Quels sentiments au pluriel éprouvez-vous à l’idée de ce temps passé devant les écrans ?
  • Vous êtes-vous beaucoup ennuyé ? Comment avez-vous géré cet ennui ?
  • Votre vision de vous et de votre rapport aux autres ? que vous a-t-elle appris sur ce plan ?
  • Cette crise sanitaire suscite-t-elle des inquiétudes en vous ?
  • Quels sentiments génère en vous la gestion par les autorités de cette crise ?
  • Comment envisagez-vous l’avenir au niveau collectif, l’avenir du monde et de nos sociétés ?
  • Dans le monde à venir tel que vous l’imaginez, quel rôle vous voyez vous ou aimeriez-vous jouer ?
  • Dans quel monde ou dans quelle histoire voulez-vous vivre ? (le courage de rêver)
  • Quelles actions réalisez-vous ou pouvez-vous réaliser pour entrer dans cette histoire (« soyez le changement que vous souhaitez voir advenir ») ?
  • Quelles sont les personnes qui vous inspirent, vous donnent des forces, pour devenir celui-celle que vous aimeriez être ?
  • Quels sont les obstacles que vous pourriez rencontrer pour poser des actes qui vous permettraient de devenir qui vous voulez dans le monde tel que vous l’imaginez ?

Autres questions moins confrontantes à intercaler à la guise de l’animatrice·teur selon la dynamique :

  • Une anecdote comique dont vous avez été témoin liée à la situation
  • Le gag (anecdote ; histoire drôle ; vidéo comique) que vous avez préféré sur le confinement
  • Un instant de contemplation inédit pendant votre confinement
  • Une expérience esthétique, de beauté ou d’émerveillement permise par la situation de confinement
  • Si vous écriviez à un être (cf consignes « lettres d’une génération ») pour témoigner de votre expérience du confinement, ce serait…
  • Une perception inédite, un nouveau mode de rapport aux choses ordinaires : un exemple de nouveau regard sur l’environnement familier / à quoi avez-vous fait attention dans votre environnement familier que vous n’aviez jamais remarqué auparavant ?
  • Quel contact avez-vous eu/ pu avoir avec la nature ?
  • Cette expérience change-t-elle votre regard sur la nature ?
  • Votre conseil à ceux qui auraient à vivre de nouveaux confinements …

Dispositif N°2

Objectifs :

  • Créer des espaces où la parole peut circuler :  cercles de parole
  • Mettre des mots sur un événement et des émotions, s’approprier intellectuellement et émotionnellement un épisode de sa vie
  • Pratiquer l’écoute bienveillante
  • Prendre la parole en accueillant la parole des autres
  • Rendre compte d’un travail de groupe

Dispositif :

  • Individuellement : chaque élève prend le temps (une heure) pour répondre à une des consignes suivantes :
    • Un grand-père, une grand-mère raconte à ses petits-enfants le printemps 2020 en France. Imaginez le dialogue.
    • Mon printemps 2020 en dessins.
  • Collectivement : en classe, demander aux élèves de se mettre en petits groupes/cercles (au minimum 4), fournir les questions, et un dictionnaire. Faire un retour où chaque groupe/cercle partage sa réponse avec la question :

Qu’avons-nous appris individuellement et collectivement avec ce qui s’est passé ?

Questions en cercles :

  1. Comment parler du Coronavirus et du confinement (par exemple : une crise, une catastrophe, un effondrement, un châtiment, une maladie, une épidémie, une pandémie ? confinement, enfermement, …) Revenir sur les sens que véhiculent chacun des termes. En choisir 3 et expliquer pourquoi.
  • Quelles émotions surgissent quand on entend les informations ?

Par exemple : stress, inquiétude, anxiété, peur, terreur, lassitude, colère, tristesse….

Définir ces émotions, choisir les plus pertinentes. A quelles situations, types d’informations renvoient-elles ?

  • Qu’avez-vous trouvé choquant, étrange, dérangeant pendant cette période ? Essayez d’être le plus précis possible. Qu’avez-vous trouvé positif ?