Lettre ouverte aux ministres Blanquer et De Rugy

Une lettre ouverte a été remise en main propre au ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer, au ministre de la Transition Ecologique et solidaire François de Rugy ce vendredi 22 mars, par une enseignante membre du collectif Enseignant.e.s pour la planète, à l’occasion d’une visite ministérielle au lycée Louis Dardennes de Vanves (92)

Nous reproduisons ci-dessous le contenu de la lettre :

Paris, le 22 mars 2019

Monsieur le ministre,

Nous sommes un collectif d’enseignants, exerçant de la maternelle au supérieur. Nous avons lancé, en début d’année, un appel, celui des Enseignant.e.s Pour la Planète. Il a été signé par 5000 collègues, originaires de toute la France.

Cet appel est né d’un constat que vous ne pouvez pas ignorer.

L’humanité est en péril et l’urgence est absolue : le GIEC, le Secrétaire général de l’ONU, des milliers de scientifiques à travers le monde le crient.

Le péril est écologique, énergétique, politique, moral. Du fait de notre inaction et de notre incapacité à prendre les décisions radicales qui s’imposent, nos élèves et nos enfants risquent de vivre sur une planète devenue hostile, en proie aux pénuries. Ils pourraient devenir adultes dans un monde où les libertés et la démocratie ne seraient plus que des souvenirs, où les valeurs humanistes auraient sombré en abandonnant à leur sort des millions de réfugiés climatiques. Si leur santé n’est pas trop affectée, il ne leur restera qu’à contempler une nature dévastée et rongée par la pollution. 

Face à cela, que nous proposez-vous?

Nous avons bien entendu votre proposition de débats sur les enjeux climatiques dans les lycées, vendredi 15 mars , alors qu’un mouvement international de jeunes appelait à la grève et à la prise de conscience. Nous répondons aujourd’hui à votre invitation en accompagnant nos élèves pour débattre avec vous. Mais, Monsieur le Ministre, c’est bien trop peu. Nous ne pouvons nous en contenter et nous sommes déterminés à aller infiniment plus loin.  

D’une part, à l’heure où il est encore possible d’actionner les leviers, de changer le cap des politiques publiques, nous déclarons que nous sommes déterminés à peser de tout notre poids dans ce sens et nous vous enjoignons à accompagner l’ensemble des citoyens dans leur volonté de voir la mise en œuvre d’une politique écologique à la hauteur des bouleversements naturels et sociaux inédits qui s’annoncent.

D’autre part, dans nos salles de classe, nous ne nous résolvons pas à fuir nos responsabilités d‘éducateurs et de citoyens. Nous avons à l’égard de nos élèves un devoir de franchise et d’éducation que nous voulons remplir en les dotant des savoirs, savoir-faire et savoir-être nécessaires en ces temps de crises et de transformations majeures. Le développement durable est au contraire une impasse que nous ne voulons plus enseigner : nous ressentons qu’il va nous falloir être infiniment plus créatifs pour résister au découragement et au repli, et pour proposer à nos élèves des perspectives d’avenir qui puissent les porter. Nous avons commencé à construire des ressources pour mener à bien ces missions d’informer et de former aux crises écologiques et, en espérant pouvoir compter sur votre soutien, nous nous tiendrons prêts à les partager avec tous nos collègues. Nous avons les idées et la volonté, ne nous manquent que la confiance et l’appui institutionnel pour les laisser s’exprimer dans la conception et mise en oeuvre de projets à la hauteur des enjeux.

Nous vous prions de croire, Monsieur le ministre, à notre dévouement total à nos élèves et à notre attachement profond au service public d’éducation, qui guident notre présente action.

Veuillez agréer, Monsieur le ministre, l’expression de notre très haute considération.

Le collectif Les Enseignant.e.s Pour la Planète »

2 réflexions au sujet de « Lettre ouverte aux ministres Blanquer et De Rugy »

  1. Je suis enseignante en collège et en Conseil d’Administration j’interviens pour mettre en évidence l’idée que nos établissements scolaires ne sont pas construits pour lutter contre le réchauffement climatique. Certaines salles de classe sont étouffantes, même si portes et fenêtres sont ouvertes. Les classes peuvent être chargées en effectif et certaines sont petites en superficie. Imaginez la chaleur qu’il nous faut supporter dès le mois de mai ( 17 Charente-Martime). Je propose au Conseil départemental de penser à améliorer l’existant pour que nous nous dirigions vers un mieux être pour tous, adultes et élèves. L’hiver, nous nous chauffons encore avec des énergies issues d’hydrocarbures alors que les énergies propres peuvent être utilisées. Allons vers cela et pour rejoindre le contenu de la lettre, c’est urgent. Tout est là, sous nos yeux: l’énergie solaire, éolienne, géothermique etc… Les toits végétalisés peuvent aider également. Soyons cohérents pour créer enfin, un avenir éthique, respectant l’environnement mis à mal depuis trop longtemps. La protection de l’environnement génèrera une somme importante d’emplois.
    Nous sommes responsables, tous. Faisons les bons choix, prenons les bonnes décisions.
    Juste une citoyenne comme les autres.

    J'aime

  2. Ping : Le ministre et la raquette | Les enseignant.e.s pour la planète

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s